Archives de tags | peinture

Touches finales de peinture sur l’encadrement de fenêtre

Ce week-end, j’ai trouvé la motivation pour donner le coup de peinture final à cet encadrement de fenêtre. Et, cerise sur le gâteau, la bordure dorée. Mais d’abord, poser du scotch partout :

20140511_111459

Et voici enfin les jolies moulures dorées qui donnent comme un coup de lumière :

20140511_130715

Oups… incident de parcours

oups

Dernier encadrement de fenêtre peint!

Après un petit temps d’absence, me revoici. Non pas que je me tournais les pouces, vous pensez bien ! Mais je plantais simplement mes nombreuses plantes (plus d’une trentaine) et c’est un sacré boulot.

Donc, il me restait une petite verrue à éliminer : le décapage, ponçage et la peinture du dernier cadre de porte-fenêtre de la salle à manger. C’est avec un soulagement non dissimulé que j’ai achevé cette tâche !

Voici le cadre décapé et poncé. Sa teinte foncée assombrit la pièce, mais c’est bientôt de l’histoire ancienne !

20140419_131233

Quelques éléments en métal seront à décaper eux aussi (toujours en faisant attention car il y a de la peinture au plomb!)

20140419_131028

Une fois le cadre tout net, il est temps d’appliquer les moulures décoratives en bois tout autour. Petit hic pour cet encadrement-là : le tuyau de chauffage passe tout autour de la porte-fenêtre ! Je n’ai donc pas d’autre choix que de dévisser les pattes d’accrochage et de basculer le tuyau avec mille précautions pour pouvoir clouer les moulures :

20140419_140017

Evidemment, pas question de revisser les pattes directement sur la moulure, qui n’est pas plate et dont l’épaisseur dévierait légèrement le tuyau de chauffage. Il faut donc prévoir des trous où se glisseront les éléments d’accrochage afin qu’ils soient fixés comme auparavant. C’est parti pour un tour de scie-cloche :

20140419_141714

 

Il arrive toujours des pépins avec ces vieilles maisons. Ici à droite, une tête de vis dépasse de deux bons millimètres. L’expérience montre que ces vis sont souvent oxydées ou rouillées à l’intérieur du bois et il est très difficile de les visser ou dévisser. Ca n’est pas un vil morceau de ferraille qui ma me décourager ! Je creuse donc un léger trou dans ma moulure afin que la tête de la vis vienne se loger à l’intérieur. La moulure est donc bien appliquée au cadre. Et toc !

20140419_150241

ASTUCE

Qui n’a jamais pesté en donnant un coup de marteau à côté du clou, écrasant ainsi le bois à côté? Une astuce simple permet de minimiser les dégâts. Il suffit de prendre une tasse d’eau bouillante et de tremper un coin de torchon dedans. Immédiatement, appliquer le torchon d’eau bouillante sur le creux. Et puis…

20140419_142308

… et puis le bois, sous l’effet de l’humidité et de la chaleur retrouve pratiquement sa texture d’origine en quelques secondes ! Evidemment, ça ne sera jamais comme s’il ne s’était rien passé, mais le résultat est assez spectaculaire et en vaut la peine :

20140419_142846

La peinture commence : quel gain de luminosité grâce à ce blanc ! Il s’agit en fait ici de la couche de primaire :

20140419_160850.jpg

La peinture dorée, sur les moulures nouvellement installées, produit également un bel éclat de lumière :

20140421_140131

Et voici le dernier panneau en tissu tendu. Comme j’ai déjà expliqué la technique (notamment ici), je n’y reviens pas :

20140419_212037

 

 

 

 

La porte vitrée est peinte

Ces temps-ci, j’avance un peu au compte-gouttes. Voici les dernières tâches effectuées. Ici, la peinture de la porte. Elle ressemble enfin à quelque chose! J’ai dû utiliser du reboucheur car elle était tout abîmée dans le bas (apparemment par les griffes d’un chien furieux d’être enfermé) :

20140112_145402

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un détail, la poignée :

20140112_145734

 

 

 

La porte dans son joli costume

En deux jours de boulot, la porte a totalement changé de look. Comme quoi, il ne faut pas grand-chose pour arriver à un style château (surtout du temps !).

Je n’arrive toujours pas à dire « les portes » au pluriel. En effet, celle de droite est fausse et est là uniquement pour équilibrer la symétrie du mur.

20131229_235917

 

 

 

 

Rappelez-vous, c’est la même vue il y a deux mois et demi :

  

Costumes de portes

Mmh, il y a quelque chose qui me dérange avec cette porte. Je la trouve trop simple et sobre pour le standing que j’imagine pour cette pièce. Let’s go for « Pimp my door »…

Pour commencer, j’ai cloué une moulure en bois par-dessus le cadre (merci Mr Bricolage pour sa large gamme de profilés) :

Un petit avant-après pour mieux se rendre compte du résultat :

    

Bon, c’est déjà pas mal. Mais les portes elles aussi ont besoin d’un coup de pouce pour avoir un style plus chic. Pour moins de 20 euros, il est possible d’obtenir un coup d’éclat pour pas cher. Donc, il s’agit de plaques de médium découpées selon des modèles de costumes de portes classiques. Une scie sauteuse, une défonceuse pour faire un liseré décoratif et le tour est joué en quelques minutes :

On visse, on colmate les trous pour les têtes de vis (fraisés avec la défonceuse) grâce à de la pâte à bois, on laisse sécher et on ponce. C’est prêt pour la peinture !

Le résultat une fois le primaire d’accrochage appliqué. Pas mal non ? Mon pauvre Grisha est exaspéré par la ponceuse et les odeurs de peinture, mais il pose quand même pour la photo :

Pour la deuxième porte (celle qui est vitrée), je décide de procéder de la même manière : les profilés vont enjoliver de leur moulure ce cadre un peu simple et SURTOUT masquer le raccord bois-placo :

Voilà qui est mieux :

Après l’éreintant ponçage manuel de cette fichue porte, la mise en peinture (primaire) commence. Argh, mille fois hélas, je suis au bout du pot, il me reste un battant à peindre et le magasin est fermé jusqu’au 6 janvier. Tant pis, il me reste encore beaucoup d’autres choses à faire, comme vous le verrez très prochainement 😉

Un peu de peinture

On ne le voit pas très bien sur cette photo à cause du reflet de la lampe, mais j’ai commencé à peindre le fond du mur en  gris clair. Ainsi, les moulures ressortiront mieux (voir celle de droite) :

J’ai enfin trouvé LA peinture dorée qui va bien ! C’est celle qui se rapproche le plus de la dorure à la feuille, selon les nombreuses marques que j’ai trouvées. Un secret : il s’agit de la marque Levis (Levis Gold, peinture métallisée dorée).

Ici, en cadre de porte. Je trouve les teintes très douces et agréables, entre ce doré et le gris clair du mur :

Peinture et fumisterie

Oui bon… quand je dis « fumisterie », ça ne veut pas dire que je me la suis coulée douce tout le week-end ! Au contraire, en bricolant et assemblant quelques conduits, j’ai réussi à tuber ce petit fourneau « à bois ». Cette qualification me laisse perplexe. En effet, je pencherais plutôt pour un poêle à charbon, car il n’y a pratiquement pas la place d’y loger une bûche. Son installation sonne le glas prochain de mon gros poêle adoré (qu’on devine à droite), bien plus fonctionnel. Bien qu’il sera installé dans la future cuisine, je suis triste de le voir partir momentanément.

20131103_140357

Depuis le printemps passé, j’avais laissé ces encadrements en bois brut (pour un plus bel effet mi-château, mi-chalet valaisan, styles parfaitement compatibles si on a mauvais goût). Remarquez aussi les soubassements en bois, de toutes pièces créés par mes blanches mains (plus très blanches après le tubage du poêle, mais chut!).

20131102_130402

A chaque ajout de touches blanches, la pièce s’éclaire davantage !

20131103_124743
Et voici une paroi vierge, prête pour accueillir toues les idées de déco ! J’ai déjà tout cela dans ma tête, mais patience, chaque chose en son temps !
20131103_124548

AVANT…

Souvenez-vous en février 2013 (c’est à dire il y a 9 mois à ce jour), la vue était ainsi :

20130216_111054

Primaire d’accrochage

Le montage est achevé, en avant pour la peinture (et pour une couche de plâtre afin de boucher ce gros trou).

Voilà, ma bidouille ressemble enfin à une vraie double porte ! Pas mal non ? Avec cette couche de primaire, ça éclaircit considérablement la pièce (pas sur cette photo, hélas, mais en vrai c’est frappant.

Les magnifiques plaques de propreté en laiton repoussé. Il faudra que je remonte légèrement la porte de droite car il y a un petit écart. Il faudra aussi que je fixe la deuxième partie de la serrure pour la même porte.

Le bout du tunnel

Voilà l’état de mes pauvres paluches après une semaine de repos. Hé oui, vous lisez bien, c’est le repos qui me fait ça! En effet, après trois semaines de pose de parquet (entre autres), la corne de mes mains commence à partir. C’est charmant… quand j’aurai fini de retaper ma maison (si tant est que ce jour arrive), je m’offrirai une manucure!
mains

Peu importe! Ce ne sont pas mes mains qui ont souffert ce week-end (encore que…), mais plutôt mes bras : en avant pour un tour de ponceuse, le DERNIER sur ces fichus encadrements boisés du salon, ma bête noire !

20131005_200914

Ceci fait, pose d’une couche de primaire d’accrochage sur le bois, ce qui rend immédiatement la zone plus claire ! Comme il fait nuit tôt le soir, je m’aide d’un puissant projecteur. Ce dernier a également l’avantage de chauffer. Ce qui n’est pas du luxe, car l’installation de mon chauffage à gaz est prévue le 11 novembre et voilà plus d’un mois que le thermomètre oscille entre 16 et 18 degrés). Mais comme toute bonne chose a un inconvénient, les mouchettes profitent de cette belle lumière pour se jeter sur ma peinture fraîche. gnnnii !

20131005_213617
Cette entrée a été publiée le 7 octobre 2013 dans Salon, et est taguée .

Un début septembre bien rempli

C’est au terme de ce premier week-end de septembre que je fais le bilan du week-end, devant un feu de cheminée, en compagnie d’Offenbach.
Donc, la peinture est allée bon train! J’ai terminé cet encadrement de porte (très large car il passe dans le mur porteur). J’ai aussi fini la pose et la mise couleur des moulures encadrant le tableau :
20130901_120827
Ensuite, fabrication de la garniture intérieure de la cheminée à l’aide de plaquettes de parement. Je n’ai pas d’outil adéquat pour les couper en deux, mais j’ai trouvé la technique : à l’aide de ma scie d’encadreur (j’entends les puristes hurler), j’ai découpé une petite saignée. Puis, en me mettant debout sur la plaquette, celle-ci se cassait en deux. C’est une delphinerie, mais peu importe : ça fonctionne.
Je colle ensuite les plaquettes sur une plaque d’aggloméré.
20130901_130625

Premier essai, je trouve le résultat assez sympa !

20130901_133532