Archives

Porte de salle de bain réparée!

Vous vous souvenez peut-être de la porte de salle de bain. Ancienne, jamais montée et comme neuve, elle-ci a été acheminée de Normandie jusqu’en en Suisse. Et il a suffi du petit coup de fesses mal placé d’une Dédé qui se baissait, pour qu’un fracas énorme se fasse entendre. Je vous laisse contempler le désastre:

20171206_173920 (750x1000)

Loin d’être fière de cet exploit, j’avoue toutefois qu’il s’est agi d’un mal pour un bien, car je n’aimais pas trop le style du verre imprimé, plein de petits triangles en relief. Ça faisait trop « Art Déco ». J’aime assez ce style, mais pas chez moi. Donc, j’ai passé commande à la vitrerie. Aucun modèle de verre imprimé ne me plaisant, j’ai choisi du verre dépoli tout simple. Comme je n’ai pas le permis de conduire, je suis allée le chercher à l’aide de ce caddie et ai emprunté le bus, le train et même un funiculaire pour rentrer chez moi! Quelle aventure! Heureusement, cette fois-ci, sans casse!

20171206_173811 (750x1000)

Au bout de quelques heures de patience, les vitres sont remontées et la casse n’est plus qu’un souvenir. Je vais peut-être réaliser un pochoir classique sur les vitres, pour donner plus de relief à l’ensemble. J’ai inscrit cette tâche sur ma liste de choses à faire… et elle figure en position 3058!

20171209_125200 (750x1000)

Bon week-end à vous et à bientôt!!

Publicités

Je vous présente ma salle de bain… la dernière pièce à rénover! (snif)

Hé voilà, nous y sommes déjà… six ans après mon installation, j’en suis déjà à la dernière pièce de mon appartement à rénover. Je peine à réaliser et cela me rend un peu triste.

Je n’ai pas gardé le meilleur pour la fin, loin de là! Je vous présente donc ma salle de bain. Il s’agit d’une toute petite surface dans laquelle on ne peut même pas s’habiller à l’aise.

20171123_182222 (750x1000)

Vue de l’autre côté de la pièce, depuis les WC.

20171123_182133 (750x1000)

J’ai toutefois la chance d’avoir, juste devant cette pièce, une espèce de hall qui ne sert à rien (la zone au sol  en tomettes). Je décide donc de rattacher cet espace sans utilité à la salle de bain – armoire de gauche comprise!

20171123_182248 (750x1000)

Malheureusement, cette armoire se trouve pile là où je veux faire passer le nouveau mur de salle de bain (ci-dessous, la construction du seuil de la future porte).

20171125_011531 (1000x750)

Comme je ne peux stocker cette armoire nulle part ailleurs, il n’y a qu’une solution : casser le mur de briques qu’on voit ici au fond et glisser l’armoire au-travers, jusque dans la petite salle de bain!

20171123_184301 (750x1000)

C’est chose faite en une heure et demie. Mais avant cela, il a fallu étayer l’étagère suspendue de salle de bain avec une poutrelle en bois, car elle était vissée dans le mur à démonter. Sans cela, elle aurait pu se déformer, voire tomber!

20171123_205845 (750x1000)

Grâce à ce stratagème, l’armoire rentre dans la salle de bain et libère le passage de l’autre côté pour le nouveau mur.

20171125_134129 (750x1000)

Je peux donc installer les rails, le placo et ma belle porte chinée sur Leboncoin (les vitres sont cassées suite à une maladresse de ma part, mais j’en reçois des neuves dans deux semaines). Installer une porte quand on est seule, ça n’est pas simple! Elle est si haute (2m30) qu’au moindre mouvement, elle tend à basculer (remarquez, il n’y a plus grand-chose à casser). Elle est très lourde aussi et je n’ai pas réussi à la retirer du cadre. Bref, c’est étonnamment un succès! Tout est de niveau, elle coulisse bien, c’est un grand soulagement!

20171126_213025 (750x1000)

En regardant à travers la porte, on aperçoit le mur de briques qui constitue le volume initial de la petite salle de bain et qui disparaîtra par la suite. Je gagnerai donc 2m20 en longueur et également 70 cm sur la droite, dès que l’ancienne porte et que le mur de briques auront disparu. Un volume enfin intéressant!

20171125_220506 (750x1000)Voici la vue depuis l’autre côté. Ça n’est pas encore très attrayant comme décor, mais ça viendra! Il me semble discerner dans le bas de la porte une antique mérule (un champignon quasiment indestructible qui détruit tout, y-compris la pierre). Pour ne pas prendre de risque, je me procurerai de l’acide borique, un fongicide puissant qui agit sur cette saleté. Même morte, la mérule peut conserver des spores qui restent vivants durant des années.

20171125_220413 (1000x750)

Vis à vis de la porte de la salle de bain, j’ai installé le vestiaire qui se trouvait initialement dans le corridor. Je vais peut-être le laisser là, finalement!

20171126_200829 (1000x750)

Sur ce, je vous souhaite un agréable début de semaine et vous dit à bientôt pour la suite!

20171126_220036 (1000x750)

Isolation des portes du balcon

Suite au calamiteux rapport énergétique de la maison, j’ai décidé de faire deux ou trois petites choses qui peuvent limiter la perte de chaleur (mettre des manchons en mousse sur les tuyaux d’eau chaude dans la cave, par exemple). Mais aussi d’isoler les deux portes de la salle à manger. Actuellement, ce sont des « planches » de 3 cm d’épaisseur et on sent le froid extérieur au travers, dès qu’on s’en approche. Sans parler de leur état de décrépitude:

20171105_090633 (750x1000)

Voyez un peu toute la peinture qui est tombée après un simple coup de grattoir, sans effort!

20171105_091126 (750x1000)

Brrr, sans les battants de la porte, il ne fait pas bien chaud. Mais comme la température chutera (la neige aussi) dans les jours à venir, il fallait vraiment que je m’occupe de cette tâche aujourd’hui. Je ferme donc les volets pour sauvegarder un peu de chaleur.

20171105_124608 (750x1000)

Je n’y connais rien en isolation. Mais je sais que le polystyrène est utilisé pour cela. Comme c’est un matériau léger, facile à couper, commandable en ligne et peu coûteux, j’y vais avec ça.

20171105_091949 (750x1000)

Il faut d’abord enlever les moulures décoratives. Bien sûr, les vis ont rouillé dans le bois. Impossible de les dévisser. Je scie puis fractionne les éléments afin de mettre les vis à nu. Un simple coup de marteau les fera alors sortir. Ou comment un truc qui aurait dû prendre une minute multiplie le temps par dix!

20171105_102519 (1000x750)

Pour la moulure du haut, simplement clouée, c’est plus facile!

20171105_111736 (1000x750)

Isolation. Je découpe tout d’abord des bandes dans une plaque de polystyrène qui a la même épaisseur que le panneau de bois central. Puis je les colle dans les bords afin que l’ensemble soit à niveau.

20171105_103850 (1000x750)

Quelques épingles pour fixer le tout durant une heure. En attendant, je m’occupe du deuxième battant.

20171105_105206 (750x1000)

J’en profite aussi pour réaliser une fournée de cœurs de France à la cannelle, accompagnés d’une bonne tasse de thé Raspoutine!

20171105_143758 (750x1000)

Ensuite, je colle une nouvelle épaisseur de polystyrène, beaucoup plus épaisse. Comme les épingles sont trop courtes, je retourne l’ensemble pour que le poids de la porte appuie sur la colle.

20171105_123429 (1000x750)

Je ne peux bien évidemment pas laisser le fragile polystyrène exposé aux quatre vents. Du coup, je fixe un panneau « Resopal » par-dessus. C’est un panneau synthétique multi-usages d’une durée de vie quasiment illimitée, résistant aux intempéries, aux températures extrêmes et d’une dureté incroyable. Celui-ci est vissé au bois de la porte, au travers du polystyrène, grâce à de longues vis. Ceci maintient le « sandwich » en place.

20171105_151642 (1000x750)

Ouf, et d’une! Il faut vérifier que la nouvelle structure n’entrave pas l’ouverture et la fermeture de la porte, ne frotte pas le seuil, etc.

20171105_152056 (750x1000)

Et voilà mes deux portes fixées! Il reste encore une corniche à installer à la place du scotch, ainsi que dans le bas de la porte. Et aussi une jolie liste de bois pour cacher la rainure centrale. Mais chaque chose en son temps. Je crois que, pour la déco, on attendra l’été prochain!

20171105_164603 (1000x750)

Chantier en plan… sauf les plans

Depuis un bon mois, je n’ai pas fait grand-chose dans la maison. Non pas que la motivation soit retombée (au contraire, je ronge mon frein!) mais avant la rénovation du toit au printemps prochain, je ne peux rien attaquer dans les combles. Dans mon appartement, j’attends qu’un radiateur soit déplacé, ce qui conditionne plein de tâches ultérieures. Et au jardin… la morte saison a débuté.

Du coup, je me suis attelée aux plans des combles. Une étape absolument nécessaire pour bien planifier la suite! Une étape plus compliquée qu’il n’y paraît…

Tout d’abord, j’ai réalisé ce plan général. Je bouge encore régulièrement les murs afin de trouver la solution optimale, mais j’y suis presque. La zone verte représente la future terrasse. Les rectangles rouges représentent les radiateurs, placés selon des critères pratiques et esthétiques. Le professionnel confirmera si cela est adéquat ou non pour le volume du logement (une isolation périphérique interne de 20 cm sera également posée).

plan1

Ensuite, j’ai réalisé à l’échelle le détail de chaque pièce. Ici, la cuisine. La difficulté consiste à placer les meubles de manière à ce que les arrivées/évacuations d’eau correspondent avec celles de la pièce du dessous. Comme les combles ne sont pas équipés, il faudra tout tirer jusque-là. Il faut aussi s’assurer que la circulation pourra se faire facilement entre les meubles.

cuisine

Pour les chambres, c’est plus facile! Il faut seulement penser aux prises électriques. Et au chauffage (pas juste à côté du lit, si possible!). Toutefois, il faut considérer les différentes possibilités de position du lit, donc prévoir deux prises pour les lampes de chevet, dans tous les cas de figure. Veiller à ne pas prévoir une prise électrique derrière la porte (j’ai déjà vu). Chambre1

J’ai ensuite réalisé les plans pour chaque paroi. Quatre par pièce! Celui ci-dessous tient compte de la pente du toit, qui débute à 1m80 de hauteur. Pas question de poser un radiateur contre un mur de 2m40 de haut! Il faut laisser cette surface-là libre pour les meubles imposants (armoires, etc.). Il faut penser également aux prises pour la télé/modem, etc. A présent, chacun apprécie d’avoir ces appareils dans sa chambre. Donc réfléchir aux meilleurs endroits pour un bureau. Bref, mille petites choses apparemment faciles, mais qui demandent beaucoup de réflexion!coupe3

Que pensez-vous de tout ceci?

Sur ce, je vous souhaite une agréable fin de semaine et espère vous dire à bientôt pour d’autres récits!

Le cas du seuil en pente

La pose du dallage de cuisine est presque terminée. Il reste juste cette petite zone à faire, le passage de porte qui mène au bureau-bibliothèque. On ne le voit pas bien ici, mais il y a une différence de hauteur de 4 centimètres entre le parquet et le dallage. L’ancien propriétaire avait fait une petite marche, mais mes futures vieilles jambes m’ont conseillé de faire une pente douce.

20170826_141009 (1000x750)

Ensuite s’est posée une autre question. Quel motif choisir? Je pensais bêtement poursuivre la pose des plaques comme dans la cuisine, mais ça aurait fait moche. J’ai donc pris les mesures de la zone et ai fait plusieurs montages sur PowerPoint, à l’échelle, pour trouver la solution optimale à mon goût. Je me suis arrêtée sur celle-ci:

Image1

Très jolies, les petites bordures! Sauf qu’il a fallu les découper dans les dalles, une à une, puis arrondir les angles à l’aide d’une lime. En effet, les dalles ont les bords arrondis elles aussi et il fallait que tout corresponde. Avant-après:

La pose débute. Comme le seuil est en pente, les bordures avaient tendance à glisser sur leur lit de colle. Je les ai maintenues en place avec ces bâtonnets.

20170909_232642 (1000x750)

Après la pose, dont je suis satisfaite, c’est au tour du joint! Hélas, j’ai eu la bêtise de préparer mon mélange à joint de nuit. Je n’ai pas vu tout de suite que la couleur n’était pas la bonne! Grrr! On m’a donné du joint beige au lieu de beige clair!

20170917_221338 (750x1000)

Comme je n’avais pas envie d’avoir cette erreur sous les yeux durant les 50 prochaines années (touchons du bois), j’ai tout simplement enlevé le joint au grattoir. Une heure de perdue. Mais cela vaut mieux que de me répéter « c’est moche » durant des années!

20170917_222044 (1000x750)

Démontage du conduit de cheminée (suite)

Bonjour à tous,

J’ai peu écrit ces derniers temps. Non que je me sois reposée, mais j’ai travaillé un peu sur ci, un peu sur ça, rien qui ne puisse donner lieu à un billet fourni. Voici toutefois les dernières petites choses dont je me suis occupée.

Tout d’abord, j’ai continué le démontage du conduit de cheminée situé dans les combles. Le gain de place est non négligeable!

20170918_163646 (750x1000)

Parallèlement, de l’autre côté de la cloison, le trou s’agrandit aussi. Le conduit constituait une partie du mur. Il faudra reboucher tout ça, mais une chose après l’autre.

20170918_164608 (750x1000)

C’est étonnant… quand on démonte quelque chose, le volume des gravats paraît toujours deux fois plus volumineux que la chose démontée elle-même. C’est très déplaisant. Je dois m’arrêter là, car tous mes sacs sont pleins, grrr. J’y étais presque!

20170918_163657 (750x1000)

Ça sera une autre affaire quand il faudra démonter cet autre mastodonte, trois fois plus gros! Mais ça n’est ni pénible, ni compliqué. Tout ce que ça demande, c’est du temps. Et un masque anti-poussières.

20170918_163958 (1000x750)

J’ai profité d’une petite « pause » pour fabriquer un cadre pour une broderie automnale réalisée l’année passée. J’avais un vieux cadre inutilisé dans mon grenier, trop grand pour mon sujet. Je l’ai donc rogné avec cette petite scie à onglet.

20170918_145356 (1000x750)

Je l’ai ensuite recollé puis fixé grâce à ce serre-joint spécial pour cadres, très utile!

20170918_145657 (750x1000)

Un bout de carton en guise de fond, de la ouatine (ou du feutre épais) pour donner du gonflant… et voici un encadrement de broderie tout « neuf », sur mesure je vous prie! A bientôt pour d’autres aventures!

20170918_171608 (750x1000)

Démontage d’un conduit de cheminée

Il y a, dans ma chambre, une très jolie cheminée. Mille fois hélas, le conduit est inutilisable (j’y reviendrai plus bas). Comme le foyer est minuscule, qu’il faudrait mettre un insert, une plaque au sol et refaire le tubage – bref, de la remettre aux normes – je décide de la condamner définitivement et d’utiliser à la place un système au bio éthanol. Tous ces travaux sont hors de prix pour moi. Le tubage à lui seul s’élève à 4000 euros (ouais, c’est la Suisse). Dommage…

20120426_185214 (750x1000)

Voici le fameux conduit, qui s’arrête dans les combles. Je ne sais pas si la foudre l’a frappé et détruit, mais toujours est-il que celui-ci ne sort même plus par le toit (dans lequel on distingue un rebouchage qui laisse un peu à désirer). J’ai trouvé un bout de journal, sous une tuile, datant de 1952).

20170820_164237 (750x1000)

Le souci, c’est que ce conduit traverse les combles et prend une place monumentale dans l’une des futures chambres de mes parents. Meubler un appartement sous les toits n’est pas forcément évident en raison des pentes, il serait dommage qu’un mur haut soit encombré par un conduit de cheminée inutilisé. Je décide donc de le démonter.

20170820_171916 (750x1000)

Les trous, puits et autres cavités m’ont toujours fait peur. J’ai d’ailleurs mis une planche pour boucher le conduit, de peur d’entendre un jour miauler 5 mètres plus bas. Chose étonnante, une odeur de fumée est toujours présente, même 60 ans plus tard. Cela m’a rappelé les crématoires que j’ai visités à Auschwitz et qui sentent toujours la fumée. On s’attend à y voir le pire, mais pas à le sentir!

20170820_164217 (750x1000)

Brique par brique, le conduit se raccourcit (ouf!). Un peu partout au sol, les trace des fuites d’eau que mon toit fatigué laisse passer et qu’un bac recueille. Tiens, étrange, la cheminée passait au milieu d’une poutre!

20170820_173008 (750x1000)

Et c’est là, dans un interstice, que je découvre un trésor!!! Un petit fascicule pieux de 1858! La maison datant de 1859, il a dû être perdu au moment de la construction. J’adore ce genre de trouvailles! Ce livret a donc 159 ans et doit se demander qui est cette hérétique sans corset, bras nus, aux cheveux violets, armée d’une massette, qui vient de s’emparer de lui! Au secours!

20170820_173250 (750x1000)

Je continue mon démontage, tout en causant à voix haute à mon petit livre, en lui expliquant à quel point le monde a changé et combien il sera difficile d’amener les gravats à la déchetterie sans voiture. Il ne doit rien comprendre, le pauvre (depuis toute petite, je parle aux objets… ne cherchez pas, je dois avoir un grain, haha!). En attendant, l’espace se libère. Il sera désormais possible d’y loger une grande armoire, par exemple!

20170820_193408 (750x1000)

De l’autre côté de ce mur se trouve la cage d’escaliers. La catastrophe que je soupçonnais est avérée : le conduit de cheminée constituait une partie de la paroi. Il faudra que je bouche ce trou avec du placo ou autre, avec une bonne couche d’isolation par derrière. Une chose à la fois. Sur ce, je vous souhaite un agréable début de semaine!

20170820_193426 (750x1000)