Archives

Le cas du seuil en pente

La pose du dallage de cuisine est presque terminée. Il reste juste cette petite zone à faire, le passage de porte qui mène au bureau-bibliothèque. On ne le voit pas bien ici, mais il y a une différence de hauteur de 4 centimètres entre le parquet et le dallage. L’ancien propriétaire avait fait une petite marche, mais mes futures vieilles jambes m’ont conseillé de faire une pente douce.

20170826_141009 (1000x750)

Ensuite s’est posée une autre question. Quel motif choisir? Je pensais bêtement poursuivre la pose des plaques comme dans la cuisine, mais ça aurait fait moche. J’ai donc pris les mesures de la zone et ai fait plusieurs montages sur PowerPoint, à l’échelle, pour trouver la solution optimale à mon goût. Je me suis arrêtée sur celle-ci:

Image1

Très jolies, les petites bordures! Sauf qu’il a fallu les découper dans les dalles, une à une, puis arrondir les angles à l’aide d’une lime. En effet, les dalles ont les bords arrondis elles aussi et il fallait que tout corresponde. Avant-après:

La pose débute. Comme le seuil est en pente, les bordures avaient tendance à glisser sur leur lit de colle. Je les ai maintenues en place avec ces bâtonnets.

20170909_232642 (1000x750)

Après la pose, dont je suis satisfaite, c’est au tour du joint! Hélas, j’ai eu la bêtise de préparer mon mélange à joint de nuit. Je n’ai pas vu tout de suite que la couleur n’était pas la bonne! Grrr! On m’a donné du joint beige au lieu de beige clair!

20170917_221338 (750x1000)

Comme je n’avais pas envie d’avoir cette erreur sous les yeux durant les 50 prochaines années (touchons du bois), j’ai tout simplement enlevé le joint au grattoir. Une heure de perdue. Mais cela vaut mieux que de me répéter « c’est moche » durant des années!

20170917_222044 (1000x750)

Publicités

Démontage du conduit de cheminée (suite)

Bonjour à tous,

J’ai peu écrit ces derniers temps. Non que je me sois reposée, mais j’ai travaillé un peu sur ci, un peu sur ça, rien qui ne puisse donner lieu à un billet fourni. Voici toutefois les dernières petites choses dont je me suis occupée.

Tout d’abord, j’ai continué le démontage du conduit de cheminée situé dans les combles. Le gain de place est non négligeable!

20170918_163646 (750x1000)

Parallèlement, de l’autre côté de la cloison, le trou s’agrandit aussi. Le conduit constituait une partie du mur. Il faudra reboucher tout ça, mais une chose après l’autre.

20170918_164608 (750x1000)

C’est étonnant… quand on démonte quelque chose, le volume des gravats paraît toujours deux fois plus volumineux que la chose démontée elle-même. C’est très déplaisant. Je dois m’arrêter là, car tous mes sacs sont pleins, grrr. J’y étais presque!

20170918_163657 (750x1000)

Ça sera une autre affaire quand il faudra démonter cet autre mastodonte, trois fois plus gros! Mais ça n’est ni pénible, ni compliqué. Tout ce que ça demande, c’est du temps. Et un masque anti-poussières.

20170918_163958 (1000x750)

J’ai profité d’une petite « pause » pour fabriquer un cadre pour une broderie automnale réalisée l’année passée. J’avais un vieux cadre inutilisé dans mon grenier, trop grand pour mon sujet. Je l’ai donc rogné avec cette petite scie à onglet.

20170918_145356 (1000x750)

Je l’ai ensuite recollé puis fixé grâce à ce serre-joint spécial pour cadres, très utile!

20170918_145657 (750x1000)

Un bout de carton en guise de fond, de la ouatine (ou du feutre épais) pour donner du gonflant… et voici un encadrement de broderie tout « neuf », sur mesure je vous prie! A bientôt pour d’autres aventures!

20170918_171608 (750x1000)

Démontage d’un conduit de cheminée

Il y a, dans ma chambre, une très jolie cheminée. Mille fois hélas, le conduit est inutilisable (j’y reviendrai plus bas). Comme le foyer est minuscule, qu’il faudrait mettre un insert, une plaque au sol et refaire le tubage – bref, de la remettre aux normes – je décide de la condamner définitivement et d’utiliser à la place un système au bio éthanol. Tous ces travaux sont hors de prix pour moi. Le tubage à lui seul s’élève à 4000 euros (ouais, c’est la Suisse). Dommage…

20120426_185214 (750x1000)

Voici le fameux conduit, qui s’arrête dans les combles. Je ne sais pas si la foudre l’a frappé et détruit, mais toujours est-il que celui-ci ne sort même plus par le toit (dans lequel on distingue un rebouchage qui laisse un peu à désirer). J’ai trouvé un bout de journal, sous une tuile, datant de 1952).

20170820_164237 (750x1000)

Le souci, c’est que ce conduit traverse les combles et prend une place monumentale dans l’une des futures chambres de mes parents. Meubler un appartement sous les toits n’est pas forcément évident en raison des pentes, il serait dommage qu’un mur haut soit encombré par un conduit de cheminée inutilisé. Je décide donc de le démonter.

20170820_171916 (750x1000)

Les trous, puits et autres cavités m’ont toujours fait peur. J’ai d’ailleurs mis une planche pour boucher le conduit, de peur d’entendre un jour miauler 5 mètres plus bas. Chose étonnante, une odeur de fumée est toujours présente, même 60 ans plus tard. Cela m’a rappelé les crématoires que j’ai visités à Auschwitz et qui sentent toujours la fumée. On s’attend à y voir le pire, mais pas à le sentir!

20170820_164217 (750x1000)

Brique par brique, le conduit se raccourcit (ouf!). Un peu partout au sol, les trace des fuites d’eau que mon toit fatigué laisse passer et qu’un bac recueille. Tiens, étrange, la cheminée passait au milieu d’une poutre!

20170820_173008 (750x1000)

Et c’est là, dans un interstice, que je découvre un trésor!!! Un petit fascicule pieux de 1858! La maison datant de 1859, il a dû être perdu au moment de la construction. J’adore ce genre de trouvailles! Ce livret a donc 159 ans et doit se demander qui est cette hérétique sans corset, bras nus, aux cheveux violets, armée d’une massette, qui vient de s’emparer de lui! Au secours!

20170820_173250 (750x1000)

Je continue mon démontage, tout en causant à voix haute à mon petit livre, en lui expliquant à quel point le monde a changé et combien il sera difficile d’amener les gravats à la déchetterie sans voiture. Il ne doit rien comprendre, le pauvre (depuis toute petite, je parle aux objets… ne cherchez pas, je dois avoir un grain, haha!). En attendant, l’espace se libère. Il sera désormais possible d’y loger une grande armoire, par exemple!

20170820_193408 (750x1000)

De l’autre côté de ce mur se trouve la cage d’escaliers. La catastrophe que je soupçonnais est avérée : le conduit de cheminée constituait une partie de la paroi. Il faudra que je bouche ce trou avec du placo ou autre, avec une bonne couche d’isolation par derrière. Une chose à la fois. Sur ce, je vous souhaite un agréable début de semaine!

20170820_193426 (750x1000)

Serrure et couture

J’ai récemment étudié le cas de la serrure de la porte de salle de bain, arrivée de l’Orne il y a quelques jours. Mmh… pas glorieux, elle est toute rouillée. Du coup, je regarde sur Internet pour trouver une pièce en meilleur état. Voici ma serrure:

20170720_111948

En chinant sur le web, je craque pour les anciens modèles « Gollot » (entre 80 et 240 euros. Pfff, c’est plus cher que la porte elle-même). Cependant, un détail me tracasse: je retourne inspecter ma serrure. Je ne l’avais pas bien regardée, car elle me semblait inutilisable. Je la démonte, le cœur battant. Hé bien croyez-moi ou non, c’est un modèle Gollot, caractéristique avec ses deux initiales!

20170720_121530

Seulement voilà, elle est fort rouillée. Qui ne tente rien n’a rien (je n’y connais que pouic en dégrippage, dérouillage, etc.), je sors ma Dremel munie d’une petite meule. Et alors… miracle! Le métal apparaît sous la rouille:

20170720_112509

Pour les goupilles (je vous expliquerai plus bas à quoi elles servent), c’est un peu plus délicat. La chaînette ne s’articule même plus tellement elle est rouillée. Fichu pour fichu, je tente un bain à l’acide chlorhydrique… et…

20170720_121940

Il y a des fois où l’audace est payante! Après quelques minutes, la chaîne sort complètement propre!

20170721_100630

Pour les vis, c’est peut-être même encore plus parlant. Les voici avant…

20170720_122001

Puis après! C’est presque un miracle en soi d’avoir pu les dévisser. Généralement, quand elles rouillent dans le bois, et qui plus est quand elles sont à tête fendue, elles sont très difficiles à dévisser, la fente s’abîmant très facilement sous la pression du tournevis. Le filetage du crochet des goupilles est d’ailleurs resté coincé dans le bois.

20170721_100604

Et voici le résultat final de mon meulage! Une bonne dose de dégrippant et les ressorts retrouvent leur jeunesse! Elle s’articule parfaitement! Restera à lui trouver des poignées.

20170720_131631

Et voici donc à quoi servent les goupilles. Vous avez peut-être remarqué que cette serrure ne comporte pas de trou pour une clé? La goupille, insérée dans un trou prévu à cet effet, bloque le mécanisme d’ouverture! Je n’avais jamais vu un système comme celui-là, c’est charmant!

20170721_101041

Je passe ensuite du coq à l’âne avec un peu de couture (non sans un bon lavage de mains, devenues noires). Mon tissu est arrivé des USA et l’affreuse cavité abritant la poubelle est à présent masquée d’un rideau.

20170721_153358

Voilà le résultat! Trop contente de ne plus avoir le lave-vaisselle et le frigo devant la fenêtre, c’est tellement moins étriqué! Par contre, j’ai dû suspendre ma capillaire, qui était posée dessus… et devenue géante! A bientôt pour d’autres aventures!

20170721_153435

La porte de la salle de bain est arrivée!

Après un long périple depuis l’Orne, avec une halte en Seine-et-Marne, la porte est arrivée dans les « valises » des parents de ma meilleure amie Candice, venus en visite.

Après l’avoir contemplée en photo des dizaines de fois, cela fait tout drôle de la retrouver ici en Suisse, dans ma cuisine. Elle a des dimensions parfaites, je suis ravie!

20170719_194813 (750x1000)

Comme elle n’a jamais été montée, il faudra que je lui achète une jolie serrure avec de belles poignées.

20170719_195219 (750x1000)

Je m’y connais assez peu en bois, mais on dirait du chêne délicatement travaillé. La texture du verre m’évoque un peu les années 30.

20170719_195237 (750x1000)

Pour la première fois depuis des éternités, je me pose avec un livre: l’aventure douloureuse et magnifique d’un couple juif ayant survécu au tristement célèbre camp d’Auschwitz, que j’ai visité d’ailleurs. J’ai par le passé travaillé dans une communauté juive. Une expérience enrichissante et magnifique qui me manque souvent. Par conséquent, le sujet me touche particulièrement. A sa lecture, on réalise ô combien la vie nous gâte. Il est bon de se le rappeler souvent, même dans les moments difficiles. Ce n’est pas Banzaï, tombant à la renverse, qui dira le contraire. Aussi, je vous souhaite une myriade de petits bonheurs, que ce soit un livre, un chat, une porte, bref ces petits riens qui rendent la vie savoureuse.

20170719_150559 (750x1000)

Porte de la future salle de bain

Sur cette photo datant de l’époque de l’ancien propriétaire, on voit ici une porte que je n’apprécie guère, beaucoup trop rustique à mon goût et pas en accord avec l’âge de la maison (construite en 1859). Elle fait partie des travaux de rénovation qui datent, d’après la pièce de monnaie retrouvée sous un parquet, du début des années 80. J’ai l’intention de démonter cette porte, ainsi que le mur autour, pour intégrer le couloir qu’on voit ici à la minuscule salle de bain. Ce couloir, qui se trouve entre la cuisine et les WC, n’a pas d’utilité selon moi.

IMG_0373

Mais trêve de blabla, venons-en au fait! En chinant sur Leboncoin, un site français de petites annonces, j’ai trouvé cette magnifique porte vitrée ancienne avec son cadre (chose rare!). Elle n’a même jamais été montée (chose encore plus rare!). J’ai tout de suite craqué dessus. Malgré une transaction internationale qui rebute parfois les vendeurs et malgré l’intérêt d’autres personnes, celui-ci a eu la gentillesse de me la céder.

fd82f49d96102eb3b5573aee0ae5394076eb7e63

Pour l’instant, elle se situe dans l’Orne (Normandie). Un transporteur la convoiera jusqu’en région parisienne, chez les parents de ma meilleure amie Candice (qui habite au-dessous de chez moi). Ils lui rendent souvent visite et ont été d’accord de la rapporter en Suisse. Soit un voyage de plus de 600 kilomètres! Oui, j’aime faire simple, hum!

Et comme je sais que la maman de Candice lit mon blog, j’en profite pour lui faire un gros bisou! Merci à vous, J & D!!!

a4a115d0024f9dc74b3ac3393cfb743aeab790bc

A suivre (au fait, j’ai fini mon dallage… ENFIN!… mais j’attends le jour pour prendre de jolies photos!).

Dallage : une semaine après les premières dalles…

Après avoir avancé gentiment mais sûrement durant la semaine (j’ai posé environ 2/3 des dalles), je me suis retrouvée devant un problème vendredi : impossible de continuer, car tous les meubles sont acculés au fond de la pièce…

20170701_173939 (1000x750)

La seule solution était d’hydrofuger les dalles et de faire les joints aux endroits où se trouvaient les meubles, afin de les remettre en place. Cela aussi prend terriblement long, surtout à cause des temps de séchage des produits. Ici, la zone plus foncée a été hydrofugée. Elle deviendra par la suite totalement invisible!

20170701_122440 (750x1000)

Un produit vraiment efficace, cet hydrofuge! Dans le doute, j’en ai passé deux couches. Le petit test de la goutte d’eau est réussi. A présent, une casserole de sauce tomate peut allégrement choir au sol, celui-ci est protégé (mais on va éviter, quand même, hein!).

20170701_182729 (1000x750)

Et maintenant, une pause pendant que le produit sèche. Petit Schatz profite de mes jambes pour se faire un nid au chaud.

20170701_164919 (750x1000)

L’étape des joints m’inquiétait grandement, car je n’avais jamais fait et les bords des plaques sont terriblement irréguliers. Heureusement, je ne m’en sors pas trop mal, mais comme d’habitude cela me prend un temps fou. Pour bien faire, j’utilise une poche à douilles pour réaliser un travail propre.

20170702_193335 (1000x750)

Après le séchage des joints durant la nuit, je peux enfin remettre mes meubles en place. Pour ce faire, j’ai acheté un diable : je ne veux plus prendre le risque de traîner les meubles au sol. Si les tomettes rouges et lisses ne craignaient rien, ce dallage nécessite davantage de précautions.

20170702_104009 (750x1000)

Par un hasard que je bénis, j’ai réussi à caser le lave-vaisselle à la place de l’ancien boiler (le mammouth en cuivre au fond à gauche). C’était une question de millimètres! Génial, voilà qui me fait gagner beaucoup de place!

Et voilà, la cuisine est remise en place! J’ai toujours clamé qu’elle n’était pas fonctionnelle, petite, horrible, patati, patata… mais qu’est-ce que je suis contente de la retrouver, après cette semaine de camping! Je ne la critiquerai plus jamais! Un petit rideau pour cacher la zone de la poubelle, sous l’évier, et ça sera coquet!

20170702_172934 (750x1000)

Oui, bon, quand je critiquais ma cuisine, c’était surtout « avant », quand je n’avais pas encore cassé le mur, changé le sol, enlevé la poutre verticale et repeint les meubles! On a de la peine à croire que c’est la même pièce!

20120417_213840 (750x1000)

Après ce week-end bien rempli, je prends enfin du bon temps devant un film. Comme il fait moche dehors, j’ai fait une raclette et du vin chaud (qui me fait tourner la tête, car je n’ai pas l’habitude de l’alcool… j’espère que cela ne se ressentira pas dans cet article, hihi!).

Je vous souhaite un début de semaine rempli de douces choses à vous aussi!

20170702_211105 (750x1000)