Archives

Démontage du conduit de cheminée (suite)

Bonjour à tous,

J’ai peu écrit ces derniers temps. Non que je me sois reposée, mais j’ai travaillé un peu sur ci, un peu sur ça, rien qui ne puisse donner lieu à un billet fourni. Voici toutefois les dernières petites choses dont je me suis occupée.

Tout d’abord, j’ai continué le démontage du conduit de cheminée situé dans les combles. Le gain de place est non négligeable!

20170918_163646 (750x1000)

Parallèlement, de l’autre côté de la cloison, le trou s’agrandit aussi. Le conduit constituait une partie du mur. Il faudra reboucher tout ça, mais une chose après l’autre.

20170918_164608 (750x1000)

C’est étonnant… quand on démonte quelque chose, le volume des gravats paraît toujours deux fois plus volumineux que la chose démontée elle-même. C’est très déplaisant. Je dois m’arrêter là, car tous mes sacs sont pleins, grrr. J’y étais presque!

20170918_163657 (750x1000)

Ça sera une autre affaire quand il faudra démonter cet autre mastodonte, trois fois plus gros! Mais ça n’est ni pénible, ni compliqué. Tout ce que ça demande, c’est du temps. Et un masque anti-poussières.

20170918_163958 (1000x750)

J’ai profité d’une petite « pause » pour fabriquer un cadre pour une broderie automnale réalisée l’année passée. J’avais un vieux cadre inutilisé dans mon grenier, trop grand pour mon sujet. Je l’ai donc rogné avec cette petite scie à onglet.

20170918_145356 (1000x750)

Je l’ai ensuite recollé puis fixé grâce à ce serre-joint spécial pour cadres, très utile!

20170918_145657 (750x1000)

Un bout de carton en guise de fond, de la ouatine (ou du feutre épais) pour donner du gonflant… et voici un encadrement de broderie tout « neuf », sur mesure je vous prie! A bientôt pour d’autres aventures!

20170918_171608 (750x1000)

Publicités

Dissection de l’ancien tableau électrique

Avec la pluie qui tombe et les jours qui raccourcissent (il n’y a plus grand-chose à faire au jardin en ce moment), je m’adonne sans enthousiasme à certaines tâches-boulets qu’il faut bien accomplir. Hier, c’était le découpage de la citerne. Aujourd’hui, c’est le démontage du tableau électrique. Pour me faire économiser des sous, l’électricien m’a laissé gérer cette tâche moi-même.

Il n’en a pas l’air comme ça, mais il frôle le mètre de longueur et pèse un âne mort. Je l’ai transporté dans mon bureau-bibliothèque, ce qui me permet de le désosser tout en écoutant des chants de Noël (loufoquerie du jour).

20160904_194950

C’est vrai un mécano à disséquer. Un mécano 100% amiante, bien sûr! Mais tant qu’on ne la casse pas et que les fibres restent en place, je ne vais pas oser dire publiquement qu’il n’y a pas de danger… mais je considère que je pouvais faire ce travail si je restais minutieuse. Chacun appréciera (ou pas). Je sépare dans différents sacs la ferraille, le cuivre et les inertes (céramique).

20160904_195002

J’aime à penser que la maison a eu chaud, mais que l’ange gardien veillait:

20160904_202744Il ne reste plus que la plaque d’amiante, qui sera stockée – avant évacuation à la déchetterie – au grenier à cause des chats (on ne sait pas toujours après quoi ils vont faire leurs griffes).

20160905_222621

Je suis allée jusqu’à récupérer les anciennes étiquettes. Je conserve toutes ces petites archives dans un classeur. Il existe toujours des pièces que je n’ai pas trouvées dans cette maison, comme la lessiverie. Il faudra que je la cherche un jour! 😉

20160905_222856

Évacuation de l’ancienne citerne

Depuis le passage au chauffage à gaz en 2013, cette demi-coque de citerne en plastique était restée dans le coin délaissé du jardin, contre le mur. Elle avait été remplie de grosses pierres (en vue de la fabrication du futur mur de soutènement à droite) et on ne la voyait même plus!

20160721_192815.jpg

Les pierres ayant été retirées du tas pour intégrer le mur, j’ai réussi à extirper cette coque de 18 kilos de son trou où elle était à demi enterrée. Ça semble une broutille, 18 kilos! Mais un machin aussi volumineux et sans prise pour attraper, ça n’est pas simple du tout!

20160813_183544.jpg

Aujourd’hui, j’étais toute motivée pour évacuer ce gros bazar. Dilemme : nous sommes dimanche et il n’est pas possible de faire du bruit dehors et j’envisageais d’utiliser ma scie sauteuse. Une seule solution… attention, la loufoque a une idée!!!

532116288.jpg

Hé oui, découper ce machin-là à l’intérieur! je l’ai hissé au premier étage pour le découper… dans ma cuisine! Vroum, vroum, c’est parti!

20160904_122858

Ces méchants renflements ne permettent pas à la scie sauteuse de passer. Il faut y aller à la main!

20160904_123216

On y est presque…

20160904_124106

Vingt minutes plus tard, adieu citerne! Un petit coup de balai et ni vu ni connu! Yesss, une bonne chose de faite!

Pour la petite anecdote, la deuxième citerne jumelle (2000 litres) pratique désormais son job en Pologne. Deux pieds nickelés édentés et ne pipant pas un mot de français sont venus la chercher en camionnette depuis là-bas! Que c’est bon d’être loufoque, quand même! Ça met de la gaité dans la vie! Je vous souhaite au moins une loufoquerie aujourd’hui! 😀 Et un beau dimanche!

20160904_124604

Changement du tableau électrique!

Il fallait bien y venir un jour ou l’autre! En voulant rajouter quelques interrupteurs dans l’appartement du rez-de-chaussée où vit ma meilleure amie Candice, l’électricien a dit que cette modification entraînerait un changement de tableau électrique. Gloups! Bon, ça me pendait au nez de toute façon. Alors plus tôt ou plus tard…

Voici mon vieux tableau en bois…

20160308_173904 (600x800)

Les « stotz », comme on dit chez nous (prononcer à l’allemande, chtotz). Toujours en porcelaine, comme il se doit. Étincelle garantie à chaque changement! Mieux, les libellés ne correspondent plus à rien. Genre « lessiverie », « brûleur », alors qu’il n’existe pas de telles pièces. Quand un plomb saute, il est souvent très difficile de le repérer sur ce tableau.

20160308_173924 (600x800)

Il a été convenu que chaque appartement posséderait dorénavant son tableau électrique. Ici, chez ma meilleure amie, ça avance! Bien sûr, c’est un électricien qui se charge de tout ça. L’électricité, je ne maîtrise pas. Il y en aura un à mon étage aussi (plus besoin de filer à la cave pour changer le plomb). Et il y en aura également un au grenier, qui sera transformé dans en appartement pour mes parents, après le changement de toit. Tant qu’on y est, autant prévoir!

20160308_174015 (600x800)

Et voilà le tableau électrique. C’est plus discret et moins affreux que ce grand tableau en bois! La maison se modernise! Et c’était nécessaire!

20160308_174104 (600x800)

Bonne soirée à vous!!

Le post le moins glamour du blog : changement de siphon

En effet, ce soir, c’est plomberie. Et avec un chaton de 3 mois dans les parages, c’est encore plus simple, hum (maintenant, il ronronne sur mes bras. Ah non, il se lève et tente de rentrer sa truffe dans mon nez. Ah non, il essaie d’attraper les lettres qui bougent à l’écran. Bref, vous avez saisi l’ambiance générale).
J’imagine que cette salle de bain a dû être refaite à la fin des années 60, comme beaucoup d’autres travaux dans cette maison. On ne peut évidemment rien reprocher à cet écoulement, qui a fait son temps. Car le malheureux, en partie rouillé, était comme scié à la base, juste sous l’écrou que j’ai à la main. Du coup, il avait fallu mettre de la pâte à colmater les fuites pour étancher provisoirement le problème. Mais il était temps de prendre les choses en mains, car un bouchon vient de se produire et l’ensemble ne résistera pas à un nouveau démontage/remontage. C’est une première, mais ça n’a pas l’air compliqué.
20141201_180525 (600x800)
J’ai donc acheté un kit de siphon (d’occasion aux petites annonces… il n’y a pas de petit profit !). Ici, je scie pour ajuster la longueur du tube qui entrera dans le mur.
20141201_180923 (600x800)
Si je veux éviter les nouveaux bouchons, il faut absolument poncer soigneusement les petites barbes du plastique consécutives au sciage. Sinon, elles retiendraient notamment les cheveux (ça y est, le chaton mordille mon piercing à la lèvre, maintenant ! Au secours !).
20141201_181258 (600x800)
A présent, vissage du tout (sans oublier de mettre les joints de caoutchouc !) et faire couler à grande eau pour voir s’il y a des fuites ou pas. Aucune goutte indésirable ne s’étant manifestée, je considère la mission comme acomplie ! Voici les 20 minutes les mieux employées de la journée !
20141201_181822 (600x800)

Réparation d’un trou dans le toit !

Depuis neuf mois (en fait depuis l'installation de la cheminée du chauffage à gaz), mon toit comporte un gros trou, bouché par cette plaque de bois. Comme on le voit sur la photo, les tuiles commencent à se casser la figure. Il y a quelques semaines, le vent a soufflé tellement fort que la planche a bougé et qu'il y a eu de l'eau jusqu'au rez-de-chaussée (heureusement, c'est la cage d'escaliers juste en-dessous et elle sera à rénover de toute façon). La peinture du plafond de celle-ci a commencé à cloquer, les bois à ramollir, bref il fallait agir! N'attendant donc plus une aide promise, je me lance toute seule dans l'aventure. Je ne suis pas rassurée, notamment par l'idée de faire tomber une tuile par mégarde sur l'un de mes chats! Pour l'anecdote, la petite fenêtre mignonne est un pigeonnier. Mais je n'ai encore jamais vu d'oiseau dedans.
20140906_102812
Pour accéder à l'endroit du toit d'où je dois faire ma réparation (et depuis lequel je prends la photo), je dois passer par un petit trou (flèche verte). Et juste devant, il y a la cheminée du chauffage. Et SURTOUT un immense trou qui traverse deux étages. Autant dire qu'il vaut mieux ne pas avoir le vertige !
20140906_110533
Première étape : enlever la planche en bois et les tuiles, afin d'avoir accès à la charpente. Comme vous le voyez, ça n'est pas un petit trou!!
20140906_104331
La vue est très belle, mais je n'en profite guère, toute à ma besogne.
20140906_105141
Un ami m'a prêté ce petit outil osscillant qui a fait merveille pour couper le bois de manière très pratique. Une scie sauteuse ou à main auraient été difficiles à manipuler. Vous voyez mon toit, il n'est plus tout jeune… il a 155 ans! J'ai retrouvé une inscription sous une tuile "juin 1911". Preuve qu'il avait déjà été réparé, puisque la maison date de 1859. C'est mon prochain gros challenge, refaire le toit en entier par une entreprise, mais chaque chose en son temps.
20140906_110745
J'ai installé un nouveau contrelattage afin de fixer mes propres lattes à tuiles. Jusqu'à ce stade, j'ai réussi à les clouer depuis l'extérieur, parvenant encore à me sortir hors du trou. Mais pour la dernière, j'ai dû clouer la latte depuis l'intérieur, ne voyant pratiquement pas ce que je faisais avec mes mains pour planter mon clou !
20140906_112947
Il s'agit à présent de remettre les tuiles en place. La latte du bas est de guingois, mais ma foi j'ai respecté l'alignement d'origine (argh, ma toquade de la symétrie a souffert !). On voit des jours entre les tuiles, ce qui m'a beaucoup inquiétée. Je suis allée regarder à d'autres endroits du toit… apparemment c'est normal puisque là encore il y avait des petites bribes de jour qui rentraient.
Pour l'isolation, il serait judicieux de remettre les planches de bois (comme on voit tout en bas de la photo), mais je préfère attendre une bonne grosse pluie venteuse pour monter au grenier et regarder comment ma réparation se comporte.
20140906_123844
Et voici le toit rafistolé ! Facile à voir l'endroit où je l'ai fait, c'est celui où il n'y a pas de mousse 😉
Ouf, voici une mission accomplie, en deux heures de temps ! Moi qui m'étais réservé tout le week-end, en priant pour qu'il ne pleuve pas ! Il peut maintenant neiger, le toit est prêt !
20140906_123018

Hommage à mon petit minou d’amour : Grisha

Je suis extrêmement triste de vous annoncer que, dorénavant, il y aura une petite star de moins sur mes prochaines photos. Mon petit Grisha s’en est allé vendredi dernier, j’espère qu’il est en paix et qu’il a retrouvé son frère Mouchka, parti avant même que je n’emménage dans la maison. Fichues maladies rénales génétiques!

Comme Grisha était très souvent sur mes photos, j’ai voulu lui rendre un petit hommage ici.

Grisha

Grisha pendant les travaux…

Sur la méridienne, Grisha surveille l’arrachage de l’ancien parquet du salon.
Même dans les odeurs de peinture fraîche, Grisha a toujours été dans les parages :
Et finalement, test et approbation du nouveau mobilier ! Merci pour tout mon petit minou!