Archives

Dallage : une semaine après les premières dalles…

Après avoir avancé gentiment mais sûrement durant la semaine (j’ai posé environ 2/3 des dalles), je me suis retrouvée devant un problème vendredi : impossible de continuer, car tous les meubles sont acculés au fond de la pièce…

20170701_173939 (1000x750)

La seule solution était d’hydrofuger les dalles et de faire les joints aux endroits où se trouvaient les meubles, afin de les remettre en place. Cela aussi prend terriblement long, surtout à cause des temps de séchage des produits. Ici, la zone plus foncée a été hydrofugée. Elle deviendra par la suite totalement invisible!

20170701_122440 (750x1000)

Un produit vraiment efficace, cet hydrofuge! Dans le doute, j’en ai passé deux couches. Le petit test de la goutte d’eau est réussi. A présent, une casserole de sauce tomate peut allégrement choir au sol, celui-ci est protégé (mais on va éviter, quand même, hein!).

20170701_182729 (1000x750)

Et maintenant, une pause pendant que le produit sèche. Petit Schatz profite de mes jambes pour se faire un nid au chaud.

20170701_164919 (750x1000)

L’étape des joints m’inquiétait grandement, car je n’avais jamais fait et les bords des plaques sont terriblement irréguliers. Heureusement, je ne m’en sors pas trop mal, mais comme d’habitude cela me prend un temps fou. Pour bien faire, j’utilise une poche à douilles pour réaliser un travail propre.

20170702_193335 (1000x750)

Après le séchage des joints durant la nuit, je peux enfin remettre mes meubles en place. Pour ce faire, j’ai acheté un diable : je ne veux plus prendre le risque de traîner les meubles au sol. Si les tomettes rouges et lisses ne craignaient rien, ce dallage nécessite davantage de précautions.

20170702_104009 (750x1000)

Par un hasard que je bénis, j’ai réussi à caser le lave-vaisselle à la place de l’ancien boiler (le mammouth en cuivre au fond à gauche). C’était une question de millimètres! Génial, voilà qui me fait gagner beaucoup de place!

Et voilà, la cuisine est remise en place! J’ai toujours clamé qu’elle n’était pas fonctionnelle, petite, horrible, patati, patata… mais qu’est-ce que je suis contente de la retrouver, après cette semaine de camping! Je ne la critiquerai plus jamais! Un petit rideau pour cacher la zone de la poubelle, sous l’évier, et ça sera coquet!

20170702_172934 (750x1000)

Oui, bon, quand je critiquais ma cuisine, c’était surtout « avant », quand je n’avais pas encore cassé le mur, changé le sol, enlevé la poutre verticale et repeint les meubles! On a de la peine à croire que c’est la même pièce!

20120417_213840 (750x1000)

Après ce week-end bien rempli, je prends enfin du bon temps devant un film. Comme il fait moche dehors, j’ai fait une raclette et du vin chaud (qui me fait tourner la tête, car je n’ai pas l’habitude de l’alcool… j’espère que cela ne se ressentira pas dans cet article, hihi!).

Je vous souhaite un début de semaine rempli de douces choses à vous aussi!

20170702_211105 (750x1000)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Démontage de la cuisine et premiers pas en carrelage

Samedi matin, j’ai réglé le sort de ce boiler portant l’inscription « 24.06.1968 ». C’est-à-dire que, 49 ans jour pour jour après son installation, celui-ci quitte les lieux après une vie bien remplie, non sans avoir engrangé une quantité prodigieuse de calcaire. Il est comme rempli de sable et pèse une tonne! Enfin… façon de parler!

20170623_175816

Maintenant, il ne reste « plus qu’à » nettoyer les granulés de liège qui isolaient le boiler. Et faire sauter les tomettes à la main… au burin et à la massette! Et surtout, débrancher mon lave-vaisselle chéri, bouhouhou!!! Au passage, en déblayant les granulés, je me suis aperçue que ceux-si se faufilaient dans un petit trou que je n’avais jamais vu. Une ancienne conduite d’eau ou autre, retirée depuis, qui traversait le sol. Misère! ça atterrit chez ma meilleure amie, en-dessous, dans sa salle de bain… aïe!

20170623_184812

Puisque le « meuble » de cuisine en ferraille ne soutient plus l’évier, et même si celui-ci tient tout seul, j’ai installé une petite chaînette de sûreté. Un petit look cuisine de favela.

20170623_221546

Après des heures de travail pour enlever les tomettes (il a fallu parfois 15 minutes pour une zone de 10 centimètres carrés, tant elles étaient incrustées), l’espace est prêt à être carrelé! Une étape que je redoute, car je n’ai jamais fait ça. L’erreur n’est pas permise, il FAUT que ça soit PARFAIT du PREMIER coup! Gla gla gla…

20170624_133812

Heureusement, pour m’aider, j’ai acheté ce système de mise à niveau des plaques. Arrivé directement de Chine, c’est une version bon marché des systèmes que l’on trouve chez d’autres marques. Et, franchement, ça ne vaut pas la peine de se ruiner : ce produit d’entrée de gamme est parfait! Je place quand même des croisillons de 4mm, car les dalles étant grandes (40×40), je préfère des joints plus larges que les languettes en plastique du système d’égalisation.

20170624_150649

Pour cette taille de plaques, il est conseillé de réaliser un double encollage (ou beurrage). Celui-ci a l’avantage d’appeler la colle à s’étirer lorsque le système d’égalisation fait remonter une plaque Ainsi, il n’y a pas de poche d’air sous la dalle. Bon indicateur : aucune ne sonne creux! Yesss!

20170624_152345

En parlant de beurrage, ça donnerait presque envie de plonger une cuillère à dessert dans cette texture onctueuse, non?

20170624_155603

Fin de la première journée de travail : le stress du débutant commence à retomber car non seulement je ne m’en sors pas trop mal, même si je suis lente. En revanche, je sens mes genoux et mes lombaires! Il faut dire que chaque dalle pèse 6.5 kilos et que je dois aller les chercher à la cave 😦

20170624_183159

1h du matin : les invités que j’avais pour le souper sont partis. 2h20 : je n’ai pas sommeil. Du coup, je prépare un carreau à coupe spéciale : le trou pour le passage de l’écoulement de l’évier!

20170625_022237

Quelques coups de marteau et le tour est joué!

20170625_120703

Ce sont ces petits détails qui prennent du temps. En même temps, c’est une partie intéressante, car elle nécessite un peu de réflexion.

20170625_120915

Pour me simplifier la vie et augmenter la précision de mes coupes, je réalise des gabarits en carton dont je reporte les contours sur la dalle:

20170625_125337

Essai de pose à blanc… parfait! J’ai acheté une petite scie sur table pour effectuer les découpes. Elle n’est pas très pratique, le plan de travail est minuscule, je dois guider la pierre à main levée, mais je m’en sors.

20170625_130826

Dimanche, fin du deuxième jour de pose. Je suis cassée mais ô combien heureuse! Et soulagée aussi! Malgré une méchante dalle qui mesure 4mm de plus que les autres (!!), ce qui bouleverse mes joints, grrr.

20170625_195345_001

Lundi matin avant d’aller au bureau (et, de ce fait, reposer ma carcasse): je fais sauter les petits taquets à la masse. C’est un peu comme crever les pustules des emballages de plastique : je pourrais faire ça toute la journée!

20170626_070905

Je marche sur la surface pour vérifier la planéité. C’est absolument parfait! Je m’étonne moi-même! (les pointilleux me diront que le cabochon à droite est de traviole. Juste! Mais il est simplement posé, pas encore collé 😉 ) On voit au tout premier plan que les contours des dalles sont irréguliers. Voilà qui ne me facilite pas la tâche pour poser mes croisillons 😦

20170626_070955

Si la présence de Banzaï (ci-dessous) est toute de douceur, Schatzeli le terrible, s’est arrangé pour faire pipi dans un coin (où je n’avais heureusement pas encore carrelé). Actuellement, la pierre est poreuse. Il faudra que je l’hydrofuge après avoir fait les joints. Toute tache serait irrécupérable à ce stade! Tout va donc bien, car j’ai eu peur un moment que c’était la plomberie qui fuyait!

20170625_111237

Mais les efforts ne sont pas encore terminés… je vous dis donc « à dans quelques jours »!

*EDIT* : lundi, 3ème jour de pose:

Lentement mais sûrement, comme on dit! En semaine, j’avance encore moins vite, car je n’ai le temps de faire qu’un seau de colle. Donc, de poser seulement huit carreaux, ce qui me prend environ 4 heures (préparation et repos du mélange, aller chercher les dalles à la cave, les nettoyer, étaler la colle proprement, procéder aux ajustements car toutes les plaques ne sont pas de même taille, etc.). Là, j’ai effectué les coupes contre les murs, ce qui est encore plus long! Mais je viens d’enlever les cales rouges… et c’est plutôt réussi! En tout cas, il n’y a pas un relief sous le pied… ouuuf! Super ce petit système!

20170627_065951

Aaah, c’est quand même plus soigné, non? 🙂

20170627_064851

*EDIT* : mardi, 4ème jour de pose:

Voilà, j’en suis environ à la moitié! Malgré les petites différences de tailles des carreaux (allant jusqu’à 4 mm), je ne m’en sors pas trop mal.

20170628_071121

Démontage de la cuisine

J’ai reçu cette semaine tout le matériel nécessaire pour la pose du dallage. Je peux donc préparer les lieux et tracer les lignes de pose! De plus, comme la barre des 30 degrés sera dépassée ce week-end, je serai bien plus à l’aise au frais à l’intérieur!

Traits de pose. Normalement, il s’agit de tracer un trait d’un coin à l’autre de la pièce, en diagonale, et de commencer le carrelage par le milieu de la pièce. Sauf que, dans mon cas, je ne souhaite pas que le carrelage soit centré de cette manière. Je trouve plus important d’aligner les dalles par rapport au couloir. En effet, c’est la surface la plus petite, là où un alignement de travers sauterait aux yeux. De plus, malgré ce qu’on voit sur le plan ci-dessous, la cuisine n’est pas carrée : les trois fenêtres sont dans des renfoncements, les deux passages de porte sont très larges car on traverse le mur porteur, etc. Un alignement cohérent défini sur des bases aussi multiples est impossible. Après moult réflexions, voici mes traits de pose en rouge.

Image1

Photo 1 : l’une des droites est tracée de manière à faire correspondre l’alignement des dalles de la cuisine au parquet du bureau (voici l’un des fameux passages de porte). Photo 2 : la deuxième droite passe au milieu du futur couloir (pour l’instant, c’est un hall qui ne sert à rien. Je vais le couper en deux et rattacher une partie à la salle de bain).

Comme je n’ai jamais posé de carrelage, je teste une pose à blanc, ce qui est d’ailleurs recommandé. Les bords des dalles sont irréguliers, ce qui représente un handicap en plus pour poser les croisillons!

Comme je dois partir de ce point-là pour débuter ma pose, je devrai déplacer tous les meubles de cuisine! Zut, moi qui voulais justement faire ce coin-là en dernier!

20170622_194933

Bon ben c’est parti pour tout bouger! Ce qui me dérange le plus, c’est de débrancher le lave-vaisselle. C’est mon meilleur ami électroménager! J’ai intérêt à aller vite, si je ne veux pas faire la vaisselle à la main! Heureusement, les meubles hauts peuvent rester en place. Il faudra juste faire attention à la tête…

20170622_200244

Ah… première difficulté. C’est dingue, ça ne va jamais comme on veut : la cuisinière n’est pas munie d’une prise, mais directement raccordée au câble électrique. En 380 volts, bien sûr. Je HAIS l’électricité, je déteste y toucher car je me suis fait secouer plusieurs fois (oookkk, j’aurais pu couper le jus, aussi, c’est vrai!). Là, je n’ai même pas voulu discuter : j’ai coupé le courant au compteur principal, comme ça je suis tranquille! Je confesse toutefois que je transpire des mains rien qu’à écrire ceci.

Pffff, écueil suivant, allons-y! Le vieux boiler! Le dernier âne mort de l’appartement à évacuer. Cela ne me transporte pas de joie, mais bon, cette fois je n’ai plus le choix. Un déferlement de particules de liège s’échappe de la plaque dévissée:

20170622_215929

En dévissant un tuyau de cuivre, un flot d’eau s’est échappé du boiler. J’ai mis un seau sous la fuite, mais il y a quand même eu une mini-inondation. Avec ces chaleurs, ça séchera vite!

20170622_224855

Après quelques heures de travail, la cuisine ressemble à ceci (adieu provisoire au buffet-plan de travail, cuisinière et frigo):

20170623_065801

Ça sera un peu le camping pendant quelques jours, mais ça me changera peu de la situation habituelle, car ma cuisine n’est pas très fonctionnelle.

20170622_224913

Je me laisse le démontage de l’âne mort pour ce soir! Quand j’ai arrêté, hier soir, il était passé 23 heures. Heureusement, j’ai de l’aide (hum… psychologique on dira!).

20170623_070646

A suivre!!!

Un ragréage que je n’agrée pas…

Comme la météo annonçait un temps pluvieux, j’ai décidé de m’attaquer au ragréage de la cuisine. C’est une sorte de ciment liquide qui égalise tout seul les différences de niveau, creux, bosses. Cela allait aussi libérer un coin de la pièce où je stockais 100 kilos de produit. Retour en arrière avec cette photo de la chape que j’ai posée en février, avec ses quelques imperfections:

20170207_074427 (800x600)

Ragréage, donc! Exceptionnellement, je n’ai pas pris de photos de l’opération, comme le produit sèche en 30 minutes. Pour une novice, ça laisse peu de marge! Hormis le fait d’avoir versé une bonne lampée de ragréage sur mes pantoufles (ben oui, j’aime bricoler à l’aise), le point que j’ai totalement raté fut la pose du primaire d’accrochage. Je n’en ai pas mis. Je pensais que celui-ci était valable seulement pour les chapes anciennes et un peu cabossées par la vie, qui avaient déjà connu d’autres revêtements. Erreur! Ça évite notamment que le fond n’absorbe toute l’eau du ragréage, ce qui n’a pas manqué d’arriver. Du coup, mon produit ne s’est pas étalé facilement, tellement il a épaissi au contact de la dalle. On voit ici qu’il ressemble presque plus à du béton qu’à du ragréage. Enfin… si cette erreur peut aider d’autres personnes à ne pas commettre la même, je ne me serai pas trompée pour rien. On est toujours plus intelligent après!

20170512_200313 (600x800)

Après étalage. Je suis un peu dépitée, car il est rare que je rate à ce point ce que j’entreprends. En fait, je suis vexée (rires!). Bon, c’est toujours mieux que ma dalle, hein!

20170512_204526 (800x600)

Le lendemain matin. A l’aide d’une règle, je m’aperçois qu’il y a une différence de niveau au milieu de la pièce, un creux qui m’inquiète un peu, d’une profondeur de 4 mm. Beaucoup de bulles également. Dans ma prochaine vie, si je refais du ragréage, ça sera avec du primaire et un rouleau débulleur!

Je suis quand même assez satisfaite du raccord entre ces deux pièces (l’une avait des tomettes, l’autre du parquet). Au moins, il n’y a pas de différence de niveau. Et ça, c’est déjà une belle victoire pour une débutante!

20170513_095429 (600x800)

Je tente une pose à blanc (c’est-à-dire sans collage) de deux diagonales de carreaux en pierre de Bourgogne. J’ai réalisé une maquette sur un logiciel auparavant, pour savoir quelle disposition donnerait le mieux. J’ai choisi une pose en diagonale.

20170513_112652 (600x800)

Étonnamment, malgré mes déboires de ragréage, je m’aperçois que la situation n’est pas si mal engagée. Je devrais pouvoir rattraper le coup avec la colle pour pierres naturelles!

20170513_113109 (600x800)

Certaines pierres, stockées à la cave, ont pris des traces d’humidité ou de saleté. Je trierai les pierres et mettrai les tachées ou abîmées dans les endroits où elles seront cachées, par exemple sous les meubles de cuisine.

20170513_113151 (600x800)

Belette approuve : le ragréage est tout lisse et bien plus agréable pour ses petites pattes que la dalle toute rêche! Prochaine étape, la pose du dallage! A suivre…

20170513_135155 (800x600)

Bétonnage et limaces

Quel titre d’article mystérieux, n’est-ce pas? Vous vous dites que ça n’a aucun rapport! Vous êtes dans le vrai. Il faut bien s’occuper, puisqu’il pleut aujourd’hui, jour de congé. J’ai donc consacré ma journée à ces deux thèmes.

Bétonnage, donc! Depuis le coulage de ma chape, début février, deux emplacements avaient manqué de béton. Afin que je puisse poser le ragréage (qui va lisser et égaliser la chape), il fallait bien que je m’attaque à ces trous. D’autant plus que mes chats, toujours très créatifs quand il ne faut pas, les ont utilisés comme… bacs à litière!

20170206_154810 (800x600)

Alors… go! Il me restait au jardin un petit stock de ciment et de sable, pour la construction de mon muret, l’été dernier. Comme le tas de sable était gelé et dur comme un roc, je n’ai pu l’utiliser plus tôt.

20170318_111047 (600x800)

J’étais tout heureuse de pouvoir étrenner mon brasse-béton tout neuf. Celui-ci n’a jamais voulu démarrer. Il faudra que je le renvoie au fabricant. Je dois donc réaliser mon mélange à la main. Ça va, il ne s’agit que de cinq bacs.

20170318_123039 (600x800)

Et d’un! Bien sûr, j’ai humecté le fond avec un pulvérisateur (le béton accroche alors mieux). Ceci réveillant au passage les délicates effluves laissées par mes minets.

20170318_123719 (800x600)

Et de deux! Oh… un coca mort. Voilà qui est bien dommage.

20170318_135645 (800x600)

Voilà, je proclame la chape de la cuisine entièrement terminée!

20170318_163120 (800x600)

Au tour des limaces, à présent! Car avec cette pluie, nul doute que les mémères vont sortir de leurs trous! Comme je déteste les granulés (j’en épands quand même, mais le moins souvent possible), j’essaie de trouver d’autres solutions pour protéger les plantes dont elles sont friandes. Voici un test que j’ai imaginé… on verra à l’usage si c’est efficace ou pas!

Il faut pour ceci un pot de fleur (diamètre en fonction de la souche de la plante à protéger) et un ruban de cuivre autocollant (qu’on trouve au rayon anti-limaces). Celles-ci sont sensées détester cette matière.

Étape 1 : découper le bas du pot:

20170312_133041 (600x800)

Étape 2 : enrouler l’adhésif autour du pot (j’ai renforcé l’assemblage avec des agrafes):

20170312_133304 (600x800)

Étape 3 : enfoncer le pot dans le sol autour de la plante. Voilà! J’espère que mon aster Monte Cassino double, qui s’était fait brouter l’année passée et que j’ai dû remplacer, sera épargné! Je vous tiendrai au courant sur mon autre blog dédié au jardinage!

20170312_133412 (600x800)

Je vous souhaite un excellent samedi soir et d’ores et déjà un agréable dimanche!

 

Comment s’occuper durant un week-end pluvieux?

La météo n’était vraiment pas avec les jardiniers, ce week-end! Je n’ai toujours pas pu tailler mes rosiers, car la neige est encore annoncée au programme. Pfff. Il a donc fallu meubler ces 48 heures avec d’autres activités.

Je me suis donc consacrée, le samedi, à une tâche de longue haleine : le décollage des tomettes, à la masse et au burin, ce qui donne un travail plus propre et sans poussière, contrairement avec l’aide du perforateur.

20170203_215638-800x400

Certaines tomettes étaient tellement collées au sol que des morceaux de chape venaient avec! Parfois, j’arrivais à en décoller 5 ou 6 d’un coup… d’autres fois, il fallait passer 5 minutes sur une pièce. Et il y en a des centaines, pour ne pas dire des milliers.

20170304_201613-600x800

Le soir-même, j’avais l’impression d’être nonagénaire, à force d’être à genoux, ou à 4 pattes, ou assise et courbée en deux. Sans compter les coups de masse sur les doigts, les phalanges éraflées par le ciment ou coupées par les éclats de tomettes, coupants comme du verre. Mais comparez le résultat avec la première photo… il y a quand même de quoi être heureux de ce sol plus clair, même si c’est du béton brut!

20170304_214421-800x600

Quel gain de luminosité! Cette photo parle toute seule!

20170304_191453-800x600

Le lendemain dimanche, hors de question de faire du bruit. J’ai donc décidé de construire le troisième obélisque du jardin, fait par mes blanches (hum!) mains. Voici l’un des 4 pans:

20170305_154013-600x800

Lorsque j’ai construit le tout premier obélisque, il y a 3 ans, j’avais placé des repères au marqueur sur le sol, afin que tous mes éléments soient de la même dimension. Chaque année, je les redessine afin de conserver ces « gabarits ». L’alignement des tomettes m’aide aussi à fixer mes échelons de manière droite.

20170305_154654-600x800

Et voici le numéro 3 terminé, avec son gland décoratif au sommet. Cet obélisque sera offert au rosier Ghislaine de Féligonde, un grimpant spectaculaire.

20170305_172829-600x800

ghislaine_de_feligonde_1_2

Profitant d’un rayon de soleil, j’ai réussi à attraper ces clichés pleins d’espoir. Même si, cette année, la saison a bien deux semaines de retard sur les années précédentes.

J’ai donc fait un peu de jardin à ma façon, le soir. Avec celui-là, au moins, pas besoin de mettre des gants… et je ménagerai mes mains!

20170305_215453_001[1].jpg

J’ai la dalle (enfin)!!!

Mon dos, toujours un peu coincé, a heureusement bien supporté la tâche du jour qui était de couler la dalle de la future cuisine. Soit plus de deux tonnes de béton à monter… au seau, s’il vous plaît! Heureusement, l’admirable et costaud forestier Nicolas Jacot était là pour m’aider! Sans lui, j’y serais encore! Il a presque tout monté seul, alors que moi, à 4 pattes dans la fange, j’essayais de niveler tant bien que mal.

Je n’ai pas pris de photos, car la tâche était rude et le temps compté. J’avais peur que le béton ne « prenne » trop vite, malgré le retardateur qu’on y avait ajouté. J’avais ces hideuses caillasses sous les yeux depuis deux jour seulement, et je ne pouvais pourtant plus les voir! Ce paysage désolant symbolisait pour moi un retour en arrière, même si c’était nécessaire à l’avancée du chantier.

20170206_104840-600x800

Zut, il manquait juste quelques seaux de béton pour combler ce petit emplacement. Pas grave, il me reste du sable et du ciment à la maison. Je voulais m’en occuper, dans un ultime effort, mais j’ai constaté que le sable – stocké dehors – était gelé. Ce qui m’arrange prodigieusement, car je suis KO!

20170206_154810-800x600

Il manque également du béton sur la gauche, mais ceci était voulu, car je ne connais pas la hauteur de la chape de la salle de bain adjacente . Je ne voulais pas poser mon béton intégralement et me retrouver avec une différence de niveau après avoir cassé le mur qu’on ne voit pas, à gauche, car je vais agrandir la salle de bain jusqu’au au niveau du fil à plomb.

20170206_144819-800x600

La planéité n’est pas trop mal, pour une première! Les petits écarts seront récupérés avec la colle à dallage.

20170206_144736-800x600

Le dallage en question, qui attend à la cave depuis 5 ans! Mais avant de le poser, la chape doit sécher un grand mois, voire plus. Cela ne me dérange pas, car j’ai plusieurs autres tâches de prévues.

20170202_204607-800x600

Tiens tiens, mais où donc va ce petit minet, après avoir marché sur la chape? Tsss, le ciment est mauvais pour leurs pattes! Mais malgré ma vigilance, impossible de les empêcher de marcher dessus quand on va chercher les seaux dehors dans la remorque.

20170206_154742-600x800

Tiens donc! C’est Belle-Jolie qui scrute, très intéressée par le tas de meubles de la cuisine, que je n’ai pu stocker que dans le couloir. Il faut rentrer le ventre pour aller aux toilettes (et selon l’urgence, ça n’est pas toujours facile), à droite.

20170204_223722-800x600

C’est la fin de ce billet et je me réjouis de retrouver ma chaise et mon bureau demain, afin de reposer mes futures courbatures!  Et d’appeler l’osthéo aussi! Belle fin de journée à vous!