Chape de la cuisine – préparation

Afin de monter l’eau et les évacuations jusque dans les combles, j’ai dû faire des trous dans le parquet de ma cuisine. Pour environ 3-4 jours de travail en plus, je trouvais que ça valait la peine  refaire mon sol, ce qui était de toute façon prévu. Mais avant de daller joyeusement, il y a un grand travail de préparation à faire. Je vous laisse découvrir…

Le début du démontage. Il faudra enlever une couche de parquet et une sous-couche d’épais plancher. Le tout sera brûlé. Motivée!

20170203_220531-800x600

Samedi midi. Déjà la moitié de faite. Minette est intriguée par le fil à plomb!

20170204_115943-800x600

Tout à coup, sous une planche, apparaît un mignon petit nid fait de brindilles et de vieux journaux. Un peu plus loin, hélas, les malheureuses occupantes momifiées…

Quelques temps plus tard, toute la zone est dégagée. A chaque ligne de parquet/plancher enlevée, j’allais porter mon fardeau au jardin où brûlait un grand feu. Je n’ai pas pris de photo, car la météo oscillait entre neige et pluie… mon pull était trempé (de sueur aussi!!). C’était extrêmement désagréable. Pourtant, le gros du travail ne s’arrête pas là…

20170204_143020-800x600

Tout d’abord, il faut casser toute une bande de tommettes, puisque le sol en-dessous servira de niveau pour la nouvelle chape! On ne croirait pas, mais les éclats de tomettes sont coupants comme du verre!

20170204_145035-800x600

Il a suffi d’un petit éclat, sauté sous un coup de massette, pour m’offrir un cabochon en rubis, hum… je m’en serais bien passée. Surtout que, chauffée comme j’étais, ça n’arrêtait pas de couler. J’en ai profité pour boire un thé, le bras en l’air.

20170204_144613-800x600

Ouf, fini! Quand je vois la surface de tomettes qui reste à enlever, j’en tourne presque de l’œil. Elles sont méchamment incrustées! De nos jours, la colle à carrelage n’est pas disposée sous toute la surface des carreaux, mais sur la moitié, grâce à une taloche crantée qui « zèbre » la colle.

20170204_200615-800x600

Je me base donc sur ce bord en béton pour mettre à niveau l’autre côté de la pièce, en m’aidant de tasseaux et de cales. Quand le béton sera là, je n’aurai « plus qu’à » tirer la règle en métal par-dessus pour être bien à plat. C’est une grosse responsabilité, je n’ai encore jamais fait ça… j’ai un peu peur, pour une fois.

20170204_171801-800x600

Encore un hic, pour changer : la chape, d’une épaisseur de 7 cm environ, arrivera plus haut que les plinthes vert foncé qu’on voit ici. Il faut donc rogner par le bas l’excès de bois, sinon la chape n’entrera pas en contact avec le mur!

20170205_105950-800x600

A l’aide de cet outil oscillant – indispensable dans certains cas – je scie la plinthe. Pas facile, ces planches faisant 3 centimètres d’épaisseur! Le tout vautrée dans la poussière et dans le bruit de l’outil, dont la lame chauffe et fait brûler la peinture en un nuage nauséabond. J’ai dansé de joie une fois fini ! Enfin presque… car j’ai le haut du dos bloqué! Ça va être drôle pour transporter les seaux de béton, demain matin! Sans compter les crises d’asthme dues à ces poussières louches et antiques…

20170205_111219-800x600

Maintenant que la zone est dégagée, j’applique une bande périphérique. Elle sert de joint souple, de zone tampon en quelque sorte, entre la future chape et le mur.

20170205_132144-800x600

J’en profite pour  passer une gaine électrique contre le mur, en haut, sous les tuyaux de chauffage. C’est l’occasion où jamais!

20170204_193227-800x600

Quelques heures plus tard, la zone est enfin prête! Les petits tas de tomettes sur les poutres serviront de cales au treillis d’acier, afin que celui-ci soit pris dans la chape… et pas  en-dessous.

20170205_141629-800x600

Au rez, chez ma meilleure amie Candice, on ne chôme pas non plus : une vieille citerne, entreposée dans la cave depuis des dizaines d’années, est évacuée afin de créer de la place pour du rangement. Comme je vide les combles, Candice doit aussi trouver des solutions pour stocker ses affaires qui s’y trouvaient. Voilà donc un beau volume dégagé. Chapeau!

20170205_093511-800x600

Publicités

Une réflexion sur “Chape de la cuisine – préparation

  1. Attention Delphine. Jamais de béton mortier ou ciment en contact avec du bois… il te faut mettre un film polyane (genche bache de peinture) sur ta zone avant de tirer ton beton

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s